Audi En pratique Essai Modeles de serie R/S/RS Nos essais S1

Essai : Audi S1 quattro – La bombe nerveuse

Bonjour à tous. Je traîne un peu dans la rédaction de mes essais mais les souvenirs sont toujours présents et quand on pense à la bombe qu’est l’Audi S1, difficile d’oublier les sensations.

audi_s1_1

N’y allons pas par quatre chemins : 231 chevaux, un 2.0l turbocompressé nerveux, 4 roues motrices et un poids contenu à seulement 1400 kg, tout le pédigrée est présent pour réaliser un modèle sportif et sensationnel. Néanmoins, passons rapidement sur l’esthétique et la vie à bord.

Extérieurement, la bombe S1 en jette. Les lignes sont bien marquées, les entrées d’air agrandies, les nouveaux feux à LED marquent une signature moins sage qu’auparavant et à l’arrière, le béquet de toit et le diffuseur montrent clairement la couleur. Justement, en parlant de couleur … le jaune Vegas et le rouge Misano appuient encore le tempérament de cette bombe. Malgré un bruit assez discret à l’extérieur, la belle S1 fait tourner les têtes et le sport ne s’arrête pas à l’extérieur.

Dans l’habitacle les sièges enveloppants et les diffuseurs surlignés en rouge sont les plus gros détails du pédigrée sportif de la citadine pressée. De larges touches d’aluminium ainsi que les fonds de compteur spécifiques trahissent également la puissance de la belle, je ne demande qu’à tourner la clef.

audi_s1_2 audi_s1_4

Malheureusement, mon essai ne s’est pas déroulé sur de petites routes de campagne sinueuses mais sur une autoroute, tout de même sans limitation de vitesse sur le début du parcours puisqu’on quittait Hockenheim pour rejoindre Paris. En ville la dynamique S1 reste une citadine et son gabarit est parfait pour se faufiler dans les rues. L’ergonomie Audi est bien présente, le MMI également même s’il faut un petit temps d’adaptation pour jouer avec les commandes qui sont « verticales » dans la citadine.

La boîte manuelle est un vrai plaisir dans cette bombe, on prend plaisir à monter dans les tours et même en ville aucun soucis, malgré mon habitude de la S-tronic. Il est alors temps de quitter la ville pour rejoindre les voies rapides, et tester enfin l’accélération de cette S1 quattro. Je résumerai mon ressenti en une onomatopée : « Waouuuh » ! Le 2.0 TFSI est simplement magistral et la zone rouge arrive très très vite, les chiffres annoncés pour le 0 à 100 km/h sont bien réels et au volant la sensation est excellente.

Je teste les différents modes du système drive select. J’ai l’impression que le bruit est plus présent en mode « dynamic » mais ce n’est pas très marqué. Par contre la réponse de la pédale d’accélération change vraiment, et autant dire que la moindre petite pression accélère la belle sans demander !

audi_s1_sportback_04 audi_s1_3

Malgré son pédigrée sportif, l’Audi S1 quattro saura faire plaisir aux rouleurs, les centaines de kilomètres séparant Hockenheim de Paris se sont déroulées sans problème. L’habitacle est un peu bruyant mais on s’y fait, et l’amortissement est certes ferme mais largement confortable pour les voies rapides.

Au final, malgré ma frustration de ne pas avoir emmené la belle sur de belles routes sinueuses, le constat est sans appel : l’Audi S1 quattro est une BOMBE ! Les accélérations sont surprenantes, l’agilité est bien présente et les sensations ne sont pas trop gommées. En fait cette S1 est un peu la sportive que l’on attendait chez Audi, avec du tempérament et moins de filtres qu’une S3. Son ticket d’entrée à 33 900 euros termine le beau tableau. Elle est compétitive et saura donner la banane à son conducteur, sans compter que l’on profite de l’efficacité de la transmission intégrale.

Un vrai coup de cœur pour ma part, malgré mon amour des berlines cette bombe en jette et offre de belles sensations. On prend beaucoup de plaisir à son volant et on ne passe pas inaperçu. Une Audi presque débridée, joueuse et craquante, j’ai envie d’y retourner !

Un grand merci à Audi France pour cet essai.

Commenter

4 × 2 =