Browsing articles in "Modeles de serie A/Q"
6 déc 2014
Stephane

Nouvelle A3 e-tron : électrique et dynamique

Bonjour à tous. La belle A3 e-tron arrive tranquillement sur nos routes. Les premiers chanceux ont eu l’occasion de l’essayer et certains d’entre eux auront le privilège de l’avoir avant Noël.

Maximale Transparenz: Audi erhaelt  DEKRA-Zertifikat fuer CO2-Fussabdruck

Pour la marque aux anneaux ce modèle est très important, il représente une nouvelle réponse à la mobilité citadine et offre de belles possibilités. En combinant puissance électrique et mécanique, la nouvelle A3 e-tron bouscule les habitudes et répond à un besoin de plus en plus présent : rouler sans bruit et sans consommation de carburant en ville tout en ayant la possibilité de partir en vacances avec le même véhicule.

La réponse d’Audi est simple : un moteur conventionnel 1.4 TFSI de 150 chevaux et un moteur électrique de 54 chevaux placé près de la boîte de vitesses. Grâce aux différentes batteries placées sous le plancher de coffre, la belle A3 peut parcourir jusqu’à 50 km en tout électrique et jusqu’à 940 kilomètres en utilisant le moteur thermique. Le besoin est donc comblé et je vois personnellement dans cette belle A3 la voiture idéale pour le quotidien.

CES Las Vegas 2014 Audi A3 Sportback e-tron

Pour promouvoir davantage son nouveau modèle et faire comprendre les différents points clef au public, la marque aux anneaux a réalisé un spot dédié a cette A3 sportback e-tron. Dynamique et en lien avec la soirée e-tron qui s’était déroulée à Paris l’an dernier, le clip est très sympa, n’hésitez pas à le découvrir.

J’ai hâte de croiser les premiers modèles sur nos routes. Sachez que le ticket d’entrée pour cette belle A3 sportback e-tron est de 38 900 euros et que les livraisons ont débuté. Je pense que de nombreux modèles de la marque auront également droit à cette technologie si elle trouve son public. Reste à équiper davantage les villes avec des bornes de recharge et donner plus d’intérêt à la mobilité électrique.

Jahrespressekonferenz 2014

Via Audi France

4 déc 2014
Stephane

Insolite : l’Audi TT recouvert de chocolats !

Bonjour à tous. Depuis la première génération du coupé TT en 1998, on peut dire que ce modèle a beaucoup fait parler de lui par son design et son dynamisme. Avec l’inauguration de la troisième génération, la marque aux anneaux a une fois de plus réussi l’exploit de faire évoluer son icône en gardant tout son style.

tt_chocolat_01

A l’occasion de la Biennale interieur, une exposition belge dédiée aux décorations intérieures et au design, la marque aux anneaux a voulu présenter son nouveau coupé sous un nouvel angle : pas forcément celui de la voiture, mais surtout celui d’un design fort choisi par les personnes qui articulent leur style de vie autour de la sophistication.

tt_chocolat_03 tt_chocolat_04

tt_chocolat_05 tt_chocolat_02

Pour cette exposition célèbre en Belgique, Joost Arijs, un des plus grands pâtissiers belges, a décidé d’enrober le coupé de la marque aux anneaux de chocolats ! Avec l’aide d’une assistance, le pâtissier belge a passé 17 heures pour recouvrir le beau TT avec pas moins de 27 000 pralines représentant 180 kilos de chocolat. Toute la carosserie y est passée, seules les roues, les vitres, la calandre et les entrées d’air ont été épargnées par cette déferlante de gourmandise.

Voici un reportage réalisé pour l’occasion de cette Biennale interieur où l’accent est mis sur la présence d’Audi et ce TT chocolaté. On retrouve Dany Garand qui détaille le design du TT 3ème génération. Il met l’accent sur le mélange entre rondeurs et lignes tendues et termine sur l’Audi Virtual Cockpit qui évite les distractions visuelles pour le conducteur.

Le pâtissier belge Joost Arijs a travaillé dur sur ce projet et a même emprunté une voiture à Audi pour réaliser des essais sur la tenue du chocolat sur la carosserie. Il a annoncé que ce projet est aujourd’hui ce qu’il a fait de plus osé et spectaculaire. Enfin sachez que les gourmandises ont pu être dégustées lors de l’inauguration de cette exposition, en effet chaque pièce était détachable, miam !

tt_chocolat_06

Via QuattroDaily

2 déc 2014
Stephane

Essai : Audi A8 3.0 TDI Avus Extended, un rêve éveillé

Bonjour à tous. Il y a des jours où on croît rêver, où la journée semble si sympathique que l’on doute de ses propres sensations. Pourtant fin octobre, j’ai eu l’occasion de conduire mon Audi préférée : la superbe A8.

audi_a8_13

C’est à l’occasion de la finale du championnat DTM que m’a été donnée la possibilité de conduire mon vaisseau de rêve. En effet plus de 500 kilomètres séparent Paris et Hockenheim, l’idéal pour tester un véhicule au long cours et très confortable. Je passerai sur l’extérieur que j’ai déjà détaillé de nombreuses fois, néanmoins cette limousine est toujours aussi réussie et je prends plaisir à scruter chaque détail qui rend ce modèle si exclusif : feux Matrix LED, caméras, chrome … tout est là et la belle n’attend que moi pour partir direction l’Allemagne.

L’expérience n’est plus la même lorsqu’on sait que l’on va se placer au volant d’un tel bolide, et il est temps pour moi déposer mes affaires et entrer dans l’habitacle. D’abord le coffre entièrement électrique, on pourrait se passer de cette fonctionnalité mais je ne me lasse pas de le faire fonctionner … il est alors temps de m’asseoir à la place du conducteur. Je découvre cet habitacle vraiment luxueux. Les sièges sont confortables et très bien réglables, les inserts en bois, le cuir et l’aluminium se marient très bien, on se sent chez soi et on oublie vite les 5 mètres de ce modèle.

audi_a8_11 a8_3

Cependant, un détail me trouble : la grande quantité de boutons ! En effet lorsqu’on compare l’habitacle de l’A8 avec celui des nouveaux modèles sortis ces deux dernières années, la complexité des commandes devient pesante. Mais il est temps de partir et je n’ai pas le temps de tout découvrir, pour le moment. Départ de Paris, plein centre pour rejoindre l’autoroute direction l’Allemagne. Cette A8 est équipée du bloc 3.0 TDI de 258 chevaux. Malheureusement le bruit n’est pas flatteur à basse vitesse, les accélérations sont certes franches mais le son aurait mérité un travail plus poussé. Je commence à profiter des différents équipements pour améliorer l’expérience en ville et place la voiture en mode confort, j’ajoute le régulateur adaptatif (adaptive cruise control) et m’engage sur les boulevards parisiens.

Le conduite est souple, l’adaptive cruise control se permet même de s’arrêter à la place du conducteur aux feux rouges, une vraie prouesse. Finalement, la grandeur du modèle s’appréhende très bien et la conduite en ville est envisageable, du moment que l’on ne se gare pas trop souvent ! D’ailleurs pour le stationnement, Audi a tout prévu avec un assistant de parking efficace et une vision panoramique complète qui s’affiche à la demande sur l’écran MMI.

L’autoroute arrive à grand pas, il est temps de s’engager sur celle ci afin de découvrir tous les agréments de cette A8. Régulateur enclenché je prends davantage mes marques et fais l’expérience des différentes options : assistant de maintien dans les voies, détecteur d’angle mort, affichage tête haute, la sécurité est bien présente. Une fois de plus, la complexité des boutons me perturbe et il est difficile de naviguer parfois sur le MMI, j’arrive néanmoins à appairer mon smartphone, parfaitement reconnu. Je passe quelques temps sur les possibilités des sièges également : fonction massage réussie et très sympathique, mais par dessus tout, la fonction ventilation ! Je ne connaissais pas cette possibilité : le siège envoie un petit flux d’air frais dans le dos, si bien que l’on a pas trop chaud et lors des arrêts les vêtements ne collent pas à la peau.

a8_4 a8_1

Justement, c’est l’heure d’un premier arrêt dans le cortège d’Audi en direction d’Hockenheim, pour tester une manœuvre de parking. Autant la taille de cette A8 n’est pas dérangeante, notamment grâce aux différentes caméras, mais c’est le levier sélecteur que je n’arrive pas à cerner. En effet sur l’Audi A8 le sélecteur de vitesse n’est pas mécanique, c’est un levier que l’on pousse vers l’avant ou l’arrière avec des petits crans pour choisir le mode. Malheureusement les crans ne sont pas assez marqués et j’aurais préféré un levier vraiment mobile qui reste dans la position choisie. Ici les passages marche avant/ marche arrière sont fastidieux et difficiles.

Après ce petit arrêt, on repart pour l’autoroute, je me concentre alors sur le confort et les bruits. Autant le moteur est je trouve trop présent en ville, autant on sent que l’autoroute est le terrain privilégié de l’A8. Les bruits aérodynamiques sont bien contenus, le moteur est inaudible et les conversations peuvent se faire à voix basse, c’est surprenant et très plaisant.

Cependant, un tel vaisseau est aussi fait pour se laisser conduire et malgré mon amour du volant, je profite d’un arrêt quelques kilomètres avant la frontière pour laisser la place et m’asseoir à l’arrière. Je découvre alors l’autre facette de cette A8 : la limousine. Les sièges arrière sont très confortables et la place disponible gigantesque. Même un grand gabarit comme moi est bien installé. l’accoudoir central contient les différents réglages de climatisation, c’est le grand luxe. Cette expérience me fait même changer d’avis et je prends un réel plaisir à me laisser conduire. Il faut dire que mon « chauffeur » est exemplaire et même sur l’autoroute allemande à haute vitesse, le confort de la belle A8 est indiscutable.

a8_nuit_02 a8_nuit_03

L’autoroute allemande et quelques nationales sont également là pour tester les capacités dynamiques de cette A8. Certes on aimerais toujours plus de pêche mais malgré ses presque 2 tonnes, la limousine A8 s’en sort très bien, notamment en mode « dynamic » où les suspensions se raffermissent pour des virages plus rapides. Nous arrivons alors à Hockenheim et laissons les voitures se reposer. Plus tard, dans la nuit, je profite de l’habitacle de la belle en conditions nocturnes. L’éclairage est sublime, l’ambiance est relaxante et Audi s’est même permis d’avoir des réglages concernant le couleur des inserts lumineux.

a8_5

Au final que penser de cette A8 et de cette expérience ? Clairement l’A8 se destine à des gens qui roulent beaucoup, l’autoroute est son terrain privilégié même si la ville est très confortable dans ce véhicule. L’ambiance à bord est relaxante, les options de confort permettent de rendre certains détails du quotidien plus plaisants, notamment les sièges ventilés ou le régulateur adaptatif qui permet d’être plus serein concernant les distances de sécurité. Pour les personnes qui n’ont pas le compas dans l’œil, les différentes caméras permettent un stationnement aisé et rapide. Dans les points négatifs je mettrais quand même 3 éléments : en premier l’ergonomie du MMI, difficile avec un grand nombre de boutons et la surface tactile déportée, il est clair que la prochaine génération troquera tout cela pour la molette tactile mas ici la prise en main est difficile. Cependant, même s’ils sont nombreux les boutons sont très bien placés.

Ensuite le sélecteur de vitesse est difficile à comprendre, la sensibilité doit se travailler sur le long terme afin de mieux gérer les passages D/R/P, trop souvent on passe de D à P alors que l’on veut mettre la marche arrière. Enfin le moteur 3.0 TDI mériterait un traitement sonore amélioré, notamment pour la ville. Malgré ces petits défauts, l’A8 est une voiture exceptionnelle, bien au dessus de la moyenne et l’expérience de conduite est excellente. Il ne reste plus qu’à économiser pour trouver les 106 000 euros de ce modèle d’essai, ou attendre gentiment le marché de l’occasion.

Un grand merci à Audi France et plus spécialement à Victor pour cette invitation et cette découverte grandiose.

30 nov 2014
Stephane

Audi A7 sportback h-tron : démonstration d’une nouvelle mobilité

Bonjour à tous. La marque aux anneaux est sans cesse à la recherche de nouveautés, notamment dans le domaine de l’énergie et de la chasse à la pollution. Depuis quelques années Audi développe des systèmes alternatifs pour permettre aux véhicules de consommer de moins en moins de carburant traditionnel, il est aujourd’hui temps d’en découvrir un nouveau : la pile à combustible.

Audi A7 Sportback h-tron quattro

C’est au salon automobile de Los Angeles qu’Audi a présenté son nouveau concept : baptisée A7 Sportback h-tron quattro, cette nouvelle déclinaison du coupé/limousine inaugure une toute nouvelle forme de mobilité, combinant énergie électrique provenant de batteries et pile à combustible.

Lorsqu’on regarde la belle A7 h-tron, mis à part quelques badges rien ne la différencie avec un modèle thermique standard, et pourtant la révolution est impressionnante. Sous le capot on retrouve une pile à combustible, en réalité composée de 300 cellules qui peut fournir entre 230 et 360 volts. Le principe de fonctionnement est simple : du dihydrogène est envoyé à l’anode de la pile à combustible, la molécule est cassée et libère de l’énergie électrique et deux atomes d’hydrogène. Ces atomes passent dans la membrane et réagissent avec l’oxygène de l’air pour former de l’eau, l’énergie électrique est récupérée à la cathode pour alimenter les moteurs aux roues avant.

Audi A7 Sportback h-tron quattro Audi A7 Sportback h-tron quattro

Audi A7 Sportback h-tron quattro

Étant donné que le seul déchet de cette combustion est l’eau, le système d’échappement est en plastique léger, pour gagner du poids. D’autres éléments font partie du système de pile à combustible : un turbo pour envoyer davantage d’air aux cellules, un système de récupération du dihydrogène non utilisé et un circuit de refroidissement. Une pompe à chaleur est également placée en partie basse pour chauffer l’habitacle.

Grâce à tout cet équipement Audi annonce un rendement de 60% pour cette pile à combustible soit le double de celui d’un moteur conventionnel. Seulement la marque aux anneaux ne pouvait s’arrêter là et pour ajouter plus de technologie et plus de sécurité, les ingénieurs d’Ingolstadt ont placé à l’arrière sous le plancher de coffre des batteries pour un total de 8,8 kWh. Ces batteries sont là pour stocker le surplus d’énergie fournie par la pile à combustible mais également pour alimenter un moteur électrique placé sur l’essieu arrière.

En effet l’Audi A7 Sportback h-tron possède la transmission intégrale quattro. Il n’y a certes pas de connexion mécanique entre l’essieu avant et arrière mais les deux sont moteurs, chacun alimenté différemment. Comme pour la belle A3 e-tron, ce nouveau concept peut parcourir jusqu’à 50 km sur les seules batteries et il est nécessaire de les recharger sur le courant.

Audi A7 Sportback h-tron quattro Audi A7 Sportback h-tron quattro

Avec ces deux moteurs, la marque aux anneaux annonce une puissance totale de 230 chevaux et un couple de 270 Nm. Grâce à la construction légère Audi a réussi à maintenir son concept en dessous des 2 tonnes. Le 0 à 100 km/h est abattu en seulement 7,9 secondes et la belle A7 peut atteindre les 180 km/h. Voici une vidéo de présentation, en allemand malheureusement, qui revient sur le fonctionnement de cette nouvelle déclinaison de l’A7.

Les réservoirs à hydrogènes ont été judicieusement placés pour ne pas gêner l’espace à bord ou l’esthétique. On retrouve 4 bombonnes placées sur le coffre, devant l’essieu arrière et dans le tunnel central. La sécurité a bien sûr été prise en compte et les matériaux utilisés ont permis de réaliser des bombonnes à la fois légères et solides. Les 4 réservoirs à hydrogène de l’A7 sportback h-tron peuvent stocker environ 5 kg d’hydrogène afin d’offrir environ 500 km d’autonomie, un très beau score. Évidemment cette mobilité ne rejette pas de CO2, seulement de l’eau sous forme de vapeur.

La firme d’Ingolstadt a annoncé que ce concept était prêt pour la production en série si les infrastructures concernant l’hydrogène devenaient présentes. Depuis 2013 la marque aux anneaux a même un projet pilote : des éoliennes ont été placées pour alimenter une usine qui fabrique de l’hydrogène, la mobilité sans C02 devient donc envisageable.

J’espère vraiment voir ce genre de véhicule arriver un jour chez nous mais il y a encore beaucoup de travail à faire. Les infrastructures ne sont pas prêtes et les mentalités non plus. Néanmoins la plaisir au volant doit être total : pas de bruit, pas de pollution et un vaisseau tel que l’A7 pour rouler, un vrai bonheur !

Audi A7 Sportback h-tron quattro

Via Audi

Pages :«1234567...84»

Bienvenue !

L'univers Audi dans les yeux d'un passionné, un émerveillement toujours présent, des anneaux plein les yeux.

Vous pourrez trouver l'actualité, des essais, des vidéos et d'autres informations autour de la marque aux anneaux.

En savoir plus sur le site

Partenaire

Audi Shop - Boutique officielle des produits dérivés Audi

Photos

Sur BonjourAudi aujourd’hui :

  • photo from Tumblr

    Audi TT Sportback concept

Les anneaux ailleurs

Audi MotorSport Blog

Forums Audipassion
AudiWorld
Fourtitude
Forums Audi Addicted

Ils bloguent aussi, et je les adore !

Klakinoumi - Mon mentor
LeMansLive - Toute l'actualité de l'endurance auto en live et en continu
Korben - LA référence
Gonzague - "L'autre" blog geek

Propriete intellectuelle

Toute copie d'article complète ou partielle est interdite sans l'autorisation de l'auteur.

Catégories