Audi En pratique Essai Mes essais Modeles de serie A/Q Q5

Le système quattro est toujours aussi bluffant #PathCrossing

Bonjour à tous. Pour la marque aux anneaux, la technologie quattro est précieuse. Il faut dire que les ingénieurs la peaufinent depuis 27 ans et que chaque modèle de la marque peut désormais être équipé de la transmission intégrale.

Malgré cette avance technologique, rare sont les personnes qui poussent la transmission intégrale dans ses retranchements. Il faut bien avouer que faire du franchissement dans une Audi flambant neuve peut paraître paradoxal, et pourtant les modèles d’Ingolstadt ont de beaux atouts. C’est justement ce que la concession Audi Sport Concept d’Aubière m’a permis de vérifier.

Replaçons le contexte : chaque mois de Septembre à Clermont-Ferrand, la foire internationale de Clermont-Cournon s’installe près du Zenith et pullule d’exposants. Parmi les entreprises présentes, l’automobile prend une place non négligeable mais toujours en statique. Cette année, Audi a vu les choses en grand et à installé près de l’entrée un beau dispositif pour mettre en valeur la technologie quattro : un Path Crossing.

Le principe est simple : faire transpirer la mécanique en testant différents obstacles afin de voir la réussite ou non de la transmission intégrale d’Audi. On y trouve une montée bien inclinée avec des rouleaux pour imposer une perte de motricité, une ludique balançoire, un croisement de ponts et même une montée bien abrupte qui descend de la même manière.

Avant de m’installer à bord d’un Q5 pour vivre l’expérience, je prend le temps de faire le tour du propriétaire. La concession Audi Sport Concept n’a pas voulu un stand vide et à disposé tout autour les dernières productions de la firme d’Ingolstadt. Je fais alors connaissance avec le superbe SQ5 TFSI ou encore l’imposant SQ7 TDI, dans une livrée grise vraiment réussie. La famille SUV est d’ailleurs complète avec également deux Q2 et un Q3.

Il est alors grand temps de prendre place à l’intérieur du Q5. Le pilote du jour est Joan, qui débute par la montée avec perte de motricité. Le Q5 monte jusqu’à la difficulté et reste sur place. Notre pilote explique que le véhicule n’avancera pas après patinage si le pilote n’en donne pas l’ordre. Il accélère alors légèrement, et le Q5 s’extrait sans le moindre problème de la difficulté. Nous passons ensuite sur la balançoire, plus ludique que technique pour arriver sur le croisement de ponts.

Pour cet obstacle, on a également droit à une perte de motricité évidente puisque seulement deux roues touchent le sol. Une fois de plus le SUV d’Ingolstadt s’en tire avec les honneurs. Notre pilote nous distille alors un peu de technique : la transmission intégrale quattro ne possède pas de blocage de différentiel mécanique, c’est grâce à un freinage contrôlé et automatique de la roue qui patine que la roue qui possède l’adhérence reprend du couple et extrait le véhicule. Evidemment tout cela se fait sans l’intervention du conducteur et en quelques dixièmes de seconde.

Nous terminons par la montée très abrupte, là encore le Q5 grimpe sans problèmes et redescend sans heurter ses passagers. Il est très rare de vivre ce type d’expérience et la technologie quattro prouve une fois de plus son intérêt pour la sécurité. Même du franchissement ne fait pas peur à ce SUV pourtant typé routier.

Je tiens à chaleureusement remercier Jérôme de la concession Audi Sport Concept d’Aubière pour l’invitation et Joan pour nous avoir mené d’une main de maître dans ce beau Q5. Cette expérience est vraiment enrichissante et prouve encore que les limites du système quattro sont bien loin de ce que nous pouvons imaginer.

Commenter