A5 Audi Essai Mes essais Modeles de serie A/Q

Essai Audi A5 Coupe 3.0 TDI 218 ch S-line : l’appel de la route

Bonjour à tous. On attend toujours certains essais plus que d’autres, il faut dire que lorsqu’on parle d’un des plus beaux coupés de l’histoire automobile, on a forcément envie de se placer au volant pour le découvrir.

Découverte

Comme pour le surprenant Audi Q2 ou encore le SUV GT SQ5, c’est la concession Audi Sport Concept d’Aubière qui m’a permis de passer une journée de rêve sur les routes ensoleillées d’Auvergne. Mon modèle d’essai ? Un superbe coupé A5 dans une livrée blanche parfaite pour faire ressortir les lignes marquées de ce véhicule. Niveau motorisation et finition, même principe : le top. Finition S-line avec quelques options bien sympathiques, moteur 3.0 TDI 218 chevaux avec transmission intégrale quattro et boîte S-tronic.

Autant dire qu’avec tout ce pédigrée, la belle partait déjà avec d’excellents atouts, qui ont su se révéler au fil des kilomètres. Parlons quelques instants du look de cette A5. Quand on connaît le succès de la précédente génération, il fallait qu’Audi réussisse un coup de maître en restylant ce coupé sans le dénaturer. L’exercice est réussi : la belle gagne en agressivité avec une face avant très marquée mais surtout un profil somptueux avec cette ligne parcourant toute la longueur de la voiture et accentuant les arches de roue.

Petit détail intéressant, lorsqu’on est au volant de ce coupé, on remarque comme un aileron sur l’aile arrière dans le rétroviseur, il est dû à la ligne si particulière de cette A5, c’est surprenant au départ mais parfaitement en phase avec ce look démoniaque.

Dans l’habitacle, pas de grande surprise, c’est très beau, sobre et bien fini. Les sièges alcantara gris sautent aux yeux dès l’ouverture de la porte et le volant à méplat trahit une touche de sportivité qui se retrouve à la conduite. Evidemment, je ne peux pas oublier l’Audi Virtual Cockpit, toujours aussi somptueux. Les possibilités sont énormes et suivant la conduite on se plaît à modifier le visuel pour coller à son envie du moment. A noter que malgré un très grand soleil lors de mon essai, on n’est jamais gêné par les reflets, sans oublier la définition et la réactivité parfaite de l’affichage. Seule ombre au tableau, l’écran central fixe : il est très beau et offre une grande résolution, mais je l’aurais préféré rabattable.

Permiers tours de roue

Il est temps pour moi de prendre la route avec ce beau coupé. Un bémol apparaît au démarrage : le bras qui approche la ceinture. Il faut saluer l’effort d’Audi d’éviter les contorsions lors de la mise de la ceinture, mais clairement le bras mérite d’être amélioré. Il fait cependant son boulot et on s’habitue très vite à ne plus se retourner pour se mettre en sécurité.

Je place la climatisation avec boutons sensitifs sur 21°C, et c’est parti pour un tour en ville pour commencer et faire mon shopping. Forcément avec un modèle pareil, difficile de ne pas faire tourner les têtes, parfois curieuses ou tout simplement admiratives. Le confort est bluffant, le 3.0 TDI glougloute gentiment sans se faire présent, la boîte S-tronic passe ses rapports sans gêner la conduite, on se joue des boulevards et des petites rues facilement, c’est reposant.

Premiers pas vers la conduite autonome

Parmi les options de mon modèle d’essai, j’enclenche l’Audi Active Lane assist mais je découvre l’Adaptive Cruise Control avec fonction Stop&Go, l’assistant de conduite dans les bouchons et le régulateur adaptatif suivant la cartographie. Vous connaissez mon côté technophile, je DOIS essayer.

Etant donné que je suis toujours en ville, je m’engage volontairement dans une artère dont je connais la non-fluidité (oui, même à Clermont, ça existe). J’enclenche alors le régulateur, je lui donne ma vitesse consigne et il détecte automatiquement que je suis en condition d’embouteillage. Je vis un moment hallucinant : la belle A5 accélère et freine seule, elle se maintient dans les voies de circulation toute seule et s’arrête même derrière les autres voitures au feu rouge.

Pendant tout ce temps, je dois quand même garder mes mains sur le volant pour lui prouver que je suis toujours attentif. En effet le système n’est par exemple pas capable de s’arrêter au feu rouge s’il n’a personne devant lui. C’est néanmoins particulièrement apaisant de ne pas avoir à gérer l’accélérateur, le bouchon devient moins problématique et j’en profite pour découvrir les possibilités nombreuses du MMI.

Mais je ne peux pas m’arrêter là. Le système a été bluffant en ville, notamment dans les embouteillages, mais qu’en est-il sur route ? Direction le Mont-Dore pour en avoir le coeur net. Nationale à virages, 90 km/h de consigne, régulateur intelligent enclenché, surprends-moi !

La réponse ne s’est pas faite attendre longtemps, dans les lignes droites ma consigne de 90 km/h est respectée, et si quelqu’un est devant, la voiture ralentit d’elle même. Arrivent alors quelques virages, le cockpit virtuel me l’indique et la voiture ralentit, SEULE ! Je n’ai finalement qu’à guider la voiture qui adapte son allure à la sinuosité. Elle se permet même de ralentir un peu lorsqu’on passe une intersection. Mais plus loin un autre défi l’attend, un rond point. Je n’ose le croire : le tableau de bord indique « rond-point » et la voiture ralentit, je ne touche volontairement pas les pédales, je m’engage dans le rond point et la voiture maintient une allure tranquille pour le giratoire ! Clignotant, je sors et la voiture réaccélère jusqu’à la consigne.

Clairement, ce système rend cette A5 extrêmement zen et confortable, une vraie GT au long cours qui fait profiter du paysage et qui diminue fortement la fatigue tout en augmentant la sécurité. Nous sommes aux prémices de la conduite autonome et intelligente et autant dire qu’Audi a déjà fait un grand pas.

Et en dynamique ?

Forcément, après plusieurs dizaines de kilomètres avec l’Audi Drive Select en mode confort et le régulateur intelligent enclenché, j’ai le pied droit qui démange et les routes sinueuses de Charade en ligne de mire. Passage en mode « Dynamic », la direction se raffermit et la boîte S-tronic a oublié ce qu’étaient les bas régimes. J’augmente le rythme, sans surprise le système quattro rend la voiture hyper efficace et le châssis a gagné en sportivité. La belle A5 vire presque à plat et la direction fait des merveilles. Par rapport à la précédente génération, le comportement dynamique est supérieur, tout en gardant un généreux confort, un excellent point. Reste que le V6 3.0L TDI n’aime pas les vocalises, mais ce n’est pas sa vocation. Un vrai amateur de sportivité lui préfèrera un moteur TFSI voir carrément une puissante S5.

Au quotidien ?

Forcément, cette belle A5 est un coupé. Elle offre une conduite apaisante qui sait se montrer sportive si on lui demande mais pour le quotidien, il faut être prêt à faire quelques sacrifices. Les places arrières existent mais nécessitent quelques contorsions pour y accéder, sans compter que le confort sera lié à la taille des passagers avant. Le coffre quand à lui est suffisamment grand et on peut même s’offrir le luxe de rabattre les sièges. Son ouverture reste petite mais il est très logeable.

J’imagine facilement cette superbe A5 comme voiture quotidienne, notamment comme véhicule au long cours grâce à toutes ses aides à la conduite et son confort. Evidemment, pour une famille avec plusieurs enfants, elle serait reléguée au rang de second véhicule.

Au final

Cette nouvelle Audi A5 Coupé est une grande réussite. D’abord stylistique avec un effet waouh toujours présent mais également en dynamique et en confort. Un peu comme le Q2 qui va certainement chasser sur les terres de l’Audi A3 Sportback, cette belle A5 peut aller chercher quelques propriétaires d’A4 qui n’ont presque jamais besoin des places arrières. Ce modèle donne envie de conduire et ses multiples facettes permettent de l’adapter aux envies du conducteur. Les aides à la conduites sont surprenantes et permettent d’envisager un futur plus sécurisé et plus zen.

Pour ce qui est du tarif, la belle A5 Coupé débute à 40 000 euros, la finition S-line est proposée à 48 420 euros, elle est ce que je considère comme le meilleur rapport prix/prestations, sans compter les petits détails qui lui donnent un look superbe.

Je tiens une nouvelle fois à remercier la concession Audi Sport Concept d’Aubière pour cette superbe journée que j’ai passée sur les routes ensoleillées autour du Puy-de-Dôme. Un merci tout particulier à Marjorie et Jérome pour votre confiance. A très vite.

2 Commentaires

Commenter