Audi Mes essais Modeles de serie R/S/RS RSQ3

Prise en main – Audi RSQ3 #Audi2E

Bonjour à tous. Il est temps pour moi de vous partager la première prise en main que j’ai pu réaliser lors du week-end mémorable de l’Audi Endurance Expérience sur le circuit du Castellet. Depuis longtemps je rêvais d’essayer ce bolide d’un nouveau genre, Audi me l’a permis et j’en ressors enthousiaste.

audi_rsq3_03

Pour cette première prise en main j’ai décidé d’essayer l’Audi RSQ3. C’est le premier SUV qui entre dans la cour des grands chez Audi et dans la gamme RS. 8ème modèle RS disponible au catalogue c’est légitimement le plus compact des SUV qui se voit apposer ce blason synonyme de grande sportivité et de plaisir de conduite.

Extérieurement, le RSQ3 en jette. On retrouve d’abord une face avant très agressive avec cette calandre laquée noire et ces grandes entrées d’air latérales. Sous la calandre on retrouve une lame surmontée du sigle quattro, l’effet est saisissant. Personellement j’aurais même tenté de mettre le mot quattro plus clair afin qu’il ressorte plus. C’est le cas avec la finition aluminium mat. De coté ce sont les jantes qui donnent toute la personnalité sportive de ce SUV. Malheureusement sa forme ronde et compacte semble indiquer que ce véhicule est destiné aux petites familles et non pas aux routes sinueuses. Il faut alors passer à l’arrière pour retrouver les éléments trahissant vraiment sa vocation : un petit aileron surmonte la vitre arrière et un diffuseur noir sont là pour donner du dynamisme.

audi_rsq3_02          audi_rsq3_01

Seul gros reproche que j’aurais à faire à l’extérieur : la sortie d’échappement. En effet chaque modèle de la famille RS dispose d’une double sortie ovoïde, signe très distinctif. Pour ce SUV, Audi a décidé de mettre une sortie unique du coté gauche, je trouve du coup l’effet raté. En effet l’arrière perd de la symétrie et cette grosse sortie d’échappement se retrouve mal intégrée.

Passons désormais à l’intérieur : l’Audi RSQ3 ne pourra pas passer pour un SUV familial facilement. De nombreuses touches de carbone et d’aluminium sont là pour rappeler la vocation sportive du véhicule. De plus les compteurs à fond gris et arborant le logo RS trahissent encore plus le dynamisme de la bête. Le volant à méplat et muni de palettes ainsi que les sièges légèrement enveloppants terminent cette ambiance survoltée. Il est alors temps de démarrer la bête. Pour rappel, ce RSQ3 est équipé du célèbre 5 cylindres 2.5 TFSI. Développant 310 chevaux ce moteur a subi de nombreuses avancées et les ingénieurs d’Ingolstadt ont rivalisé d’ingénierie pour le rendre aussi efficace qu’économique.

Mon modèle d’essai était équipé du démarrage sans clef : pied sur le frein j’appuie alors sur le bouton Start/Stop, le 5 cylindres s’ébroue presque sans bruit, à la limite de la frustration. D’ailleurs c’est un reproche que je ferai à ce bel SUV : malgré la présence du superbe 2.5L TFSI, l’ambiance sonore est très calme sous les 3000 tr/min, le son rauque du demi V10 ne se ressent que haut dans les tours. Après quelques secondes, il est alors temps pour le cortège de partir pour la boucle routière, en faisant bien sûr attention aux forces de l’ordre. Sélecteur sur D je décide de démarrer mon petit voyage de façon docile, et ce modèle s’y prête bien malgré la griffe RS. Le calme règne dans l’habitacle et les suspensions filtrent bien la route. Nous sortons de l’enceinte du Castellet et la première ligne droite approche à grand pas, je passe alors l’Audi Drive Select en dynamique. La boîte passe seule en mode sport, l’échappement est libéré et il est temps de réaliser une accélération brève mais instructive.

audi_rsq3_07 audi_rsq3_06

Le 5 cylindres chante, la vitesse monte rapidement et le RSQ3 dévoile sa seconde personnalité. Le son devient envoutant, enfin le 5 cylindres libère sa vocalise, l’accélération est franche bref la vocation sportive est bien là, un rond point, une autre ligne droite et ensuite quelques virages, ce SUV est dynamique, il n’y a pas de doutes possibles. Malgré son gabarit encore jamais exploité dans la gamme RS, ce Q3 très sportif réussit pleinement son entrée dans cette famille. Très vite malheureusement je dois céder ma place à mon passager, lui aussi impatient d’essayer la bête. C’est l’occasion pour moi de voir ce que peut offrir ce SUV en terme d’agrément. On peut dire qu’il est agréable de se laisser mener dans ce modèle, les sièges sont un peu durs mais pas trop enveloppants et l’ambiance à bord malgré le sport est sereine et confortable. Nous rentrons alors dans l’enceinte du circuit, fin de l’essai.

audi_rsq3_04  audi_rsq3_09

Surprenant, c’est pour moi la qualification à donner à ce SUV d’un nouveau genre. Sportif mais pas trop, confortable et résolument dynamique dans ces lignes, ce RSQ3 ravira les personnes à la recherche d’un véhicule efficace dans lequel on peut se faire plaisir de temps en temps. Pour les vrais puristes de la vitesse et des sensations, ce n’est par contre pas le modèle adapté. En effet les sensations sont présentes mais le confort prime : la sonorité du moteur est bien là (surtout en mode sport) mais suffisamment étouffée pour ne pas brusquer les passagers, par contre clairement l’accélération et le dynamisme dans la conduite sont présents. Son gabarit permettra à une famille de 4 personnes de naviguer sereinement sur nos routes et le conducteur pourra faire chanter le 5 cylindres sur les routes sinueuses le week-end sans problèmes.

Merci Audi de m’avoir permis de réaliser cette prise en main instructive. L’Audi RSQ3 a clairement sa place dans la gamme RS mais n’offre pas autant de caractère que ses grandes sœurs, ce SUV reste néanmoins un excellent véhicule que vous trouverez en concession à partir de 61 400 euros.

Commenter

six + 3 =