Audi Modeles de serie R/S/RS RS7

Audi présente la nouvelle RS7 au salon de Detroit : 560 chevaux et un style démoniaque

Bonjour à tous. C’est hier soir qu’à été présentée la nouvelle venue dans la gamme RS de la marque aux anneaux. Le salon de Detroit, aux Etats-Unis met tous les ans l’accent sur les modèles sportifs et dont les performances dépassent l’entendement. C’était donc le meilleur endroit pour dévoiler le coupé/limousine ultrasportif RS7.

Je n’irai pas par 4 chemins, cette nouvelle venue est simplement époustouflante. Le design RS est pleinement respecté et se permet même de reprendre quelques codes inaugurés sur sa sœur RS6 Avant. D’abord la calandre singleframe biseautée qui, en option, peut arborer le terme « quattro » très proéminent dans sa partie inférieure. Extérieurement, il sera facile de l’inclure dans la gamme. Le bouclier avant a été agrandi et montre deux grandes prises d’air nécessaires pour refroidir le cavalerie. Les jantes de 20 pouces sont de série et les coques de rétroviseurs aluminium trahissent la vocation sportive de la belle. A l’arrière, tout est dédié à l’aérodynamisme et la performance : le diffuseur noir laqué entoure deux sorties d’échappement agrandies et très ostentatoires. Quelques éléments en carbone sont également présents, comme la lame à l’avant ou encore une partie de l’aileron escamotable à l’arrière.

Pour ne pas déroger à la politique Audi Ultra, cette nouvelle RS7 est composée à 20% d’aluminium, ce qui permet une efficience et des performances hors du commun pour un véhicule de ce gabarit. A l’intérieur, le charme RS agit encore avec des inserts en carbone et la possibilité de les changer pour du noir laqué. L’aluminium est également présent sur de nombreuses commandes et au niveau des pédales. Les sièges sport de série peuvent à la demande arborer la nouvelle finition en cuir surpiqué damier du plus bel effet. Enfin le tableau de bord annonce la couleur avec de nombreux logos RS7 et le nouvel indicateur de changement de rapport inauguré sur la RS6 : une jauge présente entre les compteurs indiquera au pilote le meilleur moment pour passer les rapports et obtenir les meilleures performances. Avant de parler moteur, il est temps de découvrir le teaser diffusé au salon de Détroit pour introduire la nouvelle venue à Ingolstadt.

Magique, je pense que ce sera le terme employé par de nombreux essayeurs et conducteurs de ce coupé/limousine hors du commun. Mais alors question performance … eh bien la belle RS7 Sportback partage son moteur avec sa sœur RS6 Avant, elle est donc dotée du V8 4.0L TFSI de 560 chevaux ! Cette puissance est disponible entre 5700 et 6700 tours/min et s’ajoute à un couple monstrueux de 700 nM disponibles dès 1750 tr/min. Deux turbos de petite taille ont été insérés à l’intérieur du V des 8 cylindres et apporte une poussée à l’accélération fulgurante, de plus le mode sport libère des clapets à l’échappement pour profiter encore plus de la sportivité de la belle. Comme à l’accoutumée, la marque aux anneaux a mis toutes ses technologies disponibles dans ce moteur, dont le désormais habituel « cylinder on demand ». En faible charge, le moteur ne fonctionne que sur 4 cylindres et affiche donc des consommations réduites. Dès que le conducteur demande de la puissance, le moteur passe alors en quelques centièmes de secondes au mode 8 cylindres et libère la cavalerie.

Parlons chiffres maintenant, cette belle compte donc 560 chevaux, les 8 cylindres de son moteur, accouplés à la transmission intégrale quattro et la boîte tiptronic nouvelle génération à 8 rapports permet d’envoyer ce vaisseau à 100 Km/H en seulement 3,9 secondes. La consommation annoncée est de 9,8 litres aux 100 kilomètres en cycle mixte.

Voici une seconde vidéo qui vous fera découvrir cette nouvelle venue de façon dynamique. On entend légèrement le chant du V8 et on peut alors voir la seconde facette de cette RS7 : le confort.

Pour appuyer sa sportivité, la belle RS7 est dotée de ce qui se fait de mieux en terme d’équipements et de technologies dédiés aux performances. Le système quattro a été retravaillé pour pouvoir plus facilement distribuer la puissance entre les roues avant et arrière. En conduite normale, 60% de la puissance passe par les roues arrières pour accroître le dynamisme. Il est possible en option de doter la nouvelle venue du différentiel quattro sport, ajoutant encore du dynamisme et de l’efficacité notamment lors du passage en courbes. Les futurs conducteurs pourront également opter pour les freins carbone/céramique ainsi qu’une version avancée de l’Audi Drive Select qui permettra de régler de nombreux points : amortissement, réponse de l’accélérateur, rapports de boîte et direction, ainsi que le comportement du différentiel quattro sport.

Pour le confort et la connectivité, Audi a doté sa limousine hyper-sportive des dernières avancées : Audi Connect, hotspot Wifi, bluetooth, système sonore Bang & Olufsen de plus de 1000W ainsi que de nombreux outils d’assistance tel que l’adaptive cruise control avec stop&go, la vision nocturne, l’active lane assist ou encore le park assist. De quoi rendre ce bijou de performance aussi confortable que sa soeur A7.

Voici une dernière vidéo qui vous détaillera l’extérieur et l’intérieur de cette RS7. Le design est pleinement réussi, la sportivité est là et même ostentatoire par endroits, et l’habitacle est comme toujours chez Audi particulièrement bien réalisé.

Une très belle réussite donc, le meilleur de la technologie Audi en matière de sportivité, mais également en matière de confort et d’assistance à la conduite. Cette RS7 possède deux visages et promet de faire des ravages auprès des amateurs, elle offre à la fois la possibilité d’avoir une voiture confortable pour le quotidien et les longs trajets mais également une voiture démoniaque pour quelques sorties circuits et pour se faire plaisir.

Concernant sa commercialisation, elle sera d’abord disponible aux Etats-Unis, les commandes seront accessibles cet été avec un prix de base d’environ 100 000 euros. Les premières livraisons seront effectuées à la fin de l’année. J’espère avoir la chance d’en croiser une sur nos routes l’année prochaine donc, et peut être même avoir l’honneur de me placer à son volant, qui sait ?

Via Audi et Fourtitude

Commenter