Audi Audi Endurance Experience Competition

Finale de l’Audi Endurance Experience sur le circuit du Castellet – Un week-end inoubliable

Bonjour à tous. Ce week-end s’est déroulée la finale de la compétition Audi Endurance Experience. L’occasion pour moi de vivre ça au plus près car j’avais la chance d’être invité sur place afin de participer à l’effervescence de la course.

Il faut dire que dès l’arrivée les choses sont claires, devant le hall principal du circuit du Castellet, trônent deux superbes R8 LMS, qui tourneront dans quelques jours pour la finale du GT Tour sur ce même circuit. De grands panneaux Audi embellissent le magnifique cadre et il est alors temps de découvrir le programme de ce week-end, que je n’imaginais pas aussi chargé : des essais, du sprint, des massages et bien d’autres choses.

Après un petit repas il fut temps d’aller assister au départ de ces 24H de course. 26 équipages de 5 pilotes étaient prêts et déjà bien préparés par les essais des jours passés. La grille de départ a été tirée au sort, pour éviter de mettre en défaut les pilotes amateurs par rapport aux professionnels et garder un esprit plaisir plutôt que compétition. C’est le pilote Audi David Hallyday qui a donné le départ depuis la ligne droite, les voitures se sont alors lancées pour un tour de chauffe et le chrono a alors démarré.

 

Malheureusement dès le premier tour quelques voitures ont été victimes d’accrochages et ont dû rentrer au stands très rapidement, un peu de tôle froissée mais rien de grave, elles sont très vite reparties pour continuer le combat. Les tours se sont ensuite succédés rapidement, les premiers chronos sont tombés et le rythme était vraiment effréné. Pour calmer les esprits, la commission de course a décidé de faire sortir la safety car pour redonner les consignes aux pilotes et leur répéter l’aspect plaisir de cette course. Je suis allé faire un tour dans les stands, pour discuter stratégies avec les différentes équipes.

L’efficience était dans la bouche de nombreux coachs, en effet chaque plein de carburant fait perdre du temps mais ce sont surtout les pneus et les plaquettes de frein qui demandent du temps et mettent les voitures à l’arrêt sur une longue période. Le règlement est simple, chaque changement de pilote dure au moins 1 minute, le plein de carburant n’est pas chronométré mais pour changer les pneus et les plaquettes c’est une autre histoire. Chaque passage au garage oblige la voiture a être stoppée 12 minutes. Certes les mécaniciens mettent environ 5 minutes pour changer disques, plaquettes et roues, mais il fallait à la fois penser au moment où de nombreuses voitures allaient rentrer et au fait que ces changements devaient significativement peser sur les chronos.

L’après-midi avançant, j’ai profité du temps passé au Castellet pour découvrir de nombreux modèles de la marque aux anneaux et discuter également avec les personnes du staff Audi. Le premier atelier de l’après midi était purement et simplement un essai routier du puissant vaisseau S8. En fait nous avions le choix entre les trois nouvelles berlines S : S6, S7 ou S8. J’ai sans hésiter choisi la belle S8 pour sa technologie embarquée. Je vous parlerai de l’essai dans un prochain article.

Tout au long de la course, un hall était mis à disposition pour les pilotes et leurs accompagnateurs. A l’intérieur évidemment de quoi se restaurer mais également une estrade, vide, avec un grand écran … tout ce petit monde était destiné à la présentation de 3 modèles très récents et très prestigieux de la marque. A mon retour de l’essai S8, la présentation commençait, et le show valait le détour : de la 3D, et l’arrivée en chair et en os de la nouvelle A3 Sportback d’abord, suivie par la somptueuse nouvelle R8. Comme pour la S8, je vous parlerai prochainement de cette belle découverte et cette grande surprise, je ne m’attendais vraiment pas à voir la nouvelle sportive d’aussi près. Mais le lot des nouveautés et des modèles exclusifs ne s’est pas arrêté là puisqu’à la fin de la présentation, je me suis dirigé vers l’arrière de ce hall, où un autre atelier m’attendait : le quattro challenge.

Le principe était simple : un petit parcours d’environ 30 secondes, deux modèles de la firme d’Ingolstadt et un record à battre. Pour ce faire, une superbe Audi TTRS Plus bleue aruba et une exclusive A1 quattro. Avec 616 chevaux à toutes les deux, le parcours s’annonçait déjà palpitant, d’autant que le challenge était disponible de jour comme de nuit.

Justement, la nuit commence alors à tomber sur le circuit, le soleil rasant ne facilite pas la tâche des pilotes et l’organisation commence à arriver, les relais de nuit sont toujours un peu plus longs pour permettre aux coéquipiers de se reposer suffisamment. La valse des arrêts devient incessante dans la ligne des stands : changements de pilotes, changement de pneus, petits accrochages, le classement ne cesse de changer et le suspense est toujours présent. Malgré la fatigue la motivation des pilotes ne tarit pas et les coachs sont là pour les maintenir sereins et concentrés. Avec le soleil couchant, tout devient plus calme et le flot incessant de personnes diminue, on sent clairement une seconde phase arriver.

Une fois la nuit installée ce fut l’occasion pour moi et les autres blogueurs invités d’aller expérimenter une nouvelle sensation. Audi avait prévu pour les accompagnants un baptême en passager d’une Audi R8 V10, mais pas n’importe quel baptême. En effet c’est seulement à la lumière des phares et sur une partie du circuit du Castellet éteint pour l’occasion que les hostilités ont pris place. Autant dire que sentir un freinage en bout de ligne droite sans vraiment savoir ce qui arrive est très perturbant et vraiment sensationnel. Les pilotes ont été vraiment géniaux pour ce baptême, on a senti leur expérience et leur sérieux, un excellent moment.

De retour sur la zone de course, la seconde phase était entamée. Les relais sont allongés, les voitures plus calmes et les pilotes moins euphoriques, mais toujours aussi motivés. Le circuit s’est illuminé et les voitures ont alors arboré une nouveauté : les numéros présents sur les portes et en haut du pare-brise ont été allumés. Les chiffres étaient entourés d’une bande électroluminescente, alimentée directement dans la voiture, un effet bluffant.  Les coachs ruminent les chiffres, adaptent les stratégies et déjà avant la mi-course les choix de pilotage étaient décidés jusqu’à la fin, notamment pour les voitures de tête. En effet le constat est simple : chaque changement de plaquettes et disques de frein fait perdre 12 minutes, temps bien trop précieux pour le laisser aux concurrents. L’efficience devient le crédo de toutes les voitures menant la course.

La nuit n’a pas été forte en sensations, les tours se sont succédés, nous avons eu droit a quelques changements de places dans le classement mais pas de fait de course notable. Au petit matin à mon retour dans l’enceinte du Castellet, l’ambiance était encore très calme, certains pilotes étaient au repos. Les longs relais se faisaient de plus en plus rare et ce fut une nouvelle occasion de faire le point avant le démarrage de la phase de réveil jusqu’à l’apothéose de la dernière heure. L’efficience était toujours de mise, mais pour certaines équipes il fallait remonter dans le classement et attaquer.

Pour faire passer les dernières heures plus rapidement, j’ai profité d’une nouvelle séance au quattro challenge et également participé aux 24 minutes du Castellet en karting. L’organisation était au top avec une dizaine d’équipes de 2 personnes et un relais chacun de 12 minutes, tout le monde s’est pris au jeu c’était parfait. Midi sonne alors à la pendule, le temps d’avaler un bon repas et retour sur la ligne des stands pour l’effervescence de la dernière heure.

Il faut dire que cette dernière heure a été pleine de rebondissements, je me suis placé dans le box de la team #360 alors quatrième au classement général, les équipiers se sont succédés pour annoncer l’écart avec la voiture en 3ème position au pilote actuel. Au bout de quelques tours, le travail était fait et la belle A1 estampillée 360 était 3ème, 20 minutes avant la fin de la course. Mais un autre événement attendait les pilotes : la météo. Alors surchauffés et poussant à fond leur montures, ils ont du se calmer sur les derniers tours car la pluie est tombée quelques minutes avant le drapeau à damiers. Malgré tout, la foule s’est amassée le long de la piste pour attendre le final, chacun agitant son drapeau Audi, 14 heures sonnent, et c’est l’Audi #10 de l’équipe Aliantis qui passe la ligne d’arrivée en premier.

680 tours bouclés par le leader, une excellente performance et pas moins d’une minute et 32 secondes devant la seconde voiture, la #12, équipe MVA. La troisième voiture à passer le drapeau à damiers est celle de l’équipe XboX 360 à 1 tour du leader, cette belle performance leur permet de terminer premier des véhicules hors classement, bravo ! Le troisième véhicule officiellement classé est celui de l’équipe myAudi1, sélectionnés sur Internet ! Les voitures sont ensuite rentrées aux stands, acclamées par le public vraiment joyeux.

Le week-end s’est terminé avec la cérémonie du podium, les équipes gagnantes se sont succédées et ont été applaudies et congratulées par Mr Benoît Tiers, directeur d’Audi France, Stéphane Ortelli et David Hallyday. Les gagnants au classement général sont repartis avec trois superbes cadeaux : une très belle montre Tag Heuer, une réplique de grande taille de l’Audi A1 et enfin la possibilité l’année prochaine de participer à la finale de la saison 3 de l’Audi Endurance Experience. On peut noter qu’il n’y a pas eu de casse une fois de plus cette année, toutes les voitures ont fait la course de bout en bout, une belle réussite quand on sait que ce sont les mêmes véhicules que ceux de la première saison !

Ce fut vraiment un week-end formidable, plein de rebondissements, de découvertes, de passion et de rencontres. Quelques articles suivront pour vous détailler plus spécifiquement les modèles que j’ai eu la chance d’essayer. Je ressors vraiment émerveillé de cette expérience, ma première course de 24H en tant que spectateur sur place. Un bel entraînement pour le Mans en Juin prochain ! Je tiens à remercier de tout cœur Thierry Bezier qui a été génial de bout en bout, Caroline de Fred&Farid pour l’organisation et bien sûr tout le staff Audi France sans qui tout ça ne serait jamais arrivé. J’espère vous recroiser tous très bientôt.

Commenter