27 Juil 2016
Stephane

Audi RSQ3 et RS6 Performance : encore plus !

Bonjour à tous. Les gammes Audi sont bien étoffées et il faut s’attendre à de nombreux nouveaux modèles dans les mois et années à venir. La marque aux anneaux a affirmé elle-même que d’autres modèles vont voir le jour et je suis impatient de les découvrir.

Audi RS Q3 performance

Dans le haut du panier des modèles Audi, il y a la gamme RS, signifiant RennSport pour sport automobile. Les versions RS des Audi sont les plus radicales, affichant une puissance et une sportivité affirmée et sans compromis.

Aujourd’hui, toutes les familles Audi ne se déclinent pas en RS. Il n’existe pas de RS1, de RS8 ou de RS Q5, mais les autres ont eu droit à leur déclinaison survitaminée, y compris le SUV compact Q3, qui arbore des performances de haut-vol dans sa déclinaison RS.

Audi RS Q3 performance Audi RS Q3 performance

RS Q3 : un SUV supersportif. Cela sonne faux chez certains puristes mais il faut bien avouer que ce SUV compact a tous les atouts d’une sportive : d’abord un moteur 5 cylindres 2.5 TFSI de 340 chevaux et offrant 450 Nm de couple. Avec un 0 à 100 abattu en seulement 4,8 secondes, des suspensions bien travaillées, un châssis sportif et un look ravageur, ce modèle a largement gagné de droit d’arborer le badge RS.

Pour rappeler à ses clients tout ce qui fait la sportivité et l’exclusivité de ce RS Q3, les équipes anglaises d’Audi ont réalisé une vidéo rappelant le pédigrée et les détails qui façonnent ce modèle dynamique, je vous laisse découvrir leur travail :

Seulement pour certains, 340 chevaux ne sont pas suffisants. Pour certains le badge RS n’est pas encore assez exclusif, en gros, certaines personnes en veulent plus. C’est pour cela que la firme d’Ingoldtadt a travaillé pour optimiser encore les performances de certains modèles RS, comme ce RS Q3, qui devient RS Q3 performance. Le résultat ? 367 chevaux, 4,4 s pour réaliser un 0 à 100 km/h et une vitesse de pointe de 270 km/h. Son style s’affirme davantage, ses possibilités sont accrues, je vous laisse le découvrir dans cette vidéo :

Si cette recette fonctionne sur un modèle, pourquoi ne pas l’appliquer à d’autres ? Les ingénieurs et le marketing d’Audi se sont évidemment posé la même question, et une conclusion a été vite trouvée : comment réaliser le break le plus fou de sa génération ?

Chez Audi, le break sportif, on connaît. Dès 2002 la marque aux anneaux a lancé sur les routes le modèle RS6 Avant : un V8 de 444 chevaux dans un break. Ce qui semblait fou a bien fonctionné puisque 14 ans plus tard la 3ème génération de break RS6 est sur nos routes et la clientèle répond présent.

Audi RS 6 Avant performance

La puissance a bien entendu été relevée en 14 ans. Désormais c’est un V8 biturbo qui trône sous le capot de la belle RS6 avant. La puissance est de 560 chevaux et le couple de 700 Nm. Je ne reviendrai pas sur le style, vous savez comme moi qu’il est affirmé et très sportif.

Pour ce modèle, comme pour le RS Q3, les équipes de Grande-Bretagne ont décidé de rappeler au monde ce qui fait du break RS6 avant un modèle particulier :

Sans surprise, comme pour le SUV très sportif RS Q3, la marque aux anneaux a décidé de relever encore le niveau de l’Audi RS6. De cette décision est né un nouveau modèle : l’Audi RS6 Avant performance.

L’idée est simple, entrer dans le monde très exclusif des breaks dépassant les 600 chevaux. Et le pari est réussi : pour ce modèle presque unique, le V8 4.0 TFSI a été poussé à 605 chevaux et offre 750 Nm de couple. La transmission intégrale quattro veille au grain et le 0 à 100 km/h ne nécessite que 3,7 secondes. Voici une vidéo rappelant son pédigrée :

Il est clair que nous croiserons peu d’Audi RS Q3 performance et de RS6 Avant performance, mais le savoir-faire est là et si aujourd’hui la marque aux anneaux est capable de mettre près de 400 chevaux dans un SUV compact et plus de 600 dans un break, que nous réserve l’avenir ? Je n’en ai pas la moindre idée, mais je salive déjà.

Audi RS 6 Avant performance Audi RS 6 Avant performance

Via Youtube Audi UK

22 Juil 2016
Stephane

Essai Audi SQ5 TDI : confort et puissance

Bonjour à tous. Vous l’avez remarqué, je n’ai pas réalisé d’essai depuis un certain temps. Entre un agenda bien rempli et les invitations difficiles à honorer, il était difficile de trouver un terrain d’entente. Seulement avec les beaux jours qui arrivent, l’envie de rouler a repris le dessus et quelle ne fut pas ma joie lorsque mon partenaire Audi Sport Concept m’a proposé un essai au milieu des volcans d’Auvergne.

DSCN0549

J’ai eu la chance d’essayer de nombreux modèles chez Audi mais s’il y a une gamme que je connais peu, c’est bien celle des SUV. Il n’y a que le Q3 que j’ai déjà eu entre les mains, dans une version orange samoa il y a 4 ans, et plus sportivement en RSQ3 au Castellet il y a 3 ans. Pour un amateur de coupés sportifs et autres berlines, le monde des SUV n’est pas celui qui m’attire le plus, mais ce Q3 m’avait fait comprendre tout l’intérêt de cette famille Q, et ce n’est pas ce nouvel essai qui va changer la donne.

Pour cet essai estival, ma concession locale a vu les choses en grand : me faire essayer un modèle de la famille Q5, mais pas n’importe lequel. Lorsque Jérome m’a annoncé 326 chevaux et 650 Nm de couple, j’ai tout de suite deviné que le modèle en question était le puissant SQ5 TDI.

Franchement, mon premier jugement était mitigé, un SUV, qui plus est diesel … mais les quelques heures passées au volant de ce SQ5 ont su bousculer mes idées reçues.

IMG_6816 IMG_6666 IMG_6764

Commençons évidemment par le look : sobre et un tantinet sportif. Un peinture argent fleuret, rehaussée par des jantes noir laqué et des étriers de frein rouges estampillés SQ5. Le boulier avant noir en impose, tout comme la quadruple sortie d’échappement brillante à l’arrière. Un toit vitré, un petit becquet sur la malle arrière, des feux superbes … ok c’est bien une Audi, les lignes sont franches mais finalement bien arrondies. La sportivité est là mais elle n’est pas ostentatoire.

IMG_6832 DSCN0596 IMG_6795

Passons à l’intérieur. La marque aux anneaux ne trahit pas sa réputation : cuir, carbone, alcantara, surpiqûres couleur carrosserie, ciel de toit noir. Les matériaux sont superbes, bien agencés et flattent à la fois la vue et le toucher. Les sièges sont à réglages électriques, le système MMI est bien présent et pour les mélomanes, le système Bang & Olufsen est là (un ré-gal !!). L’ambiance est sobre, le carbone participe à la sportivité, auquel s’ajoute le volant à méplat et les fonds de compteurs estampillés SQ5.

DSCN0547 DSCN0546

DSCN0543 DSCN0542

Il est temps pour moi de faire connaissance avec ce SQ5, premier tour de clef et le V6 biTDI se lance avec calme. Je reprends mes marques sur le système multimédia MMI. Impossible de se tromper, les modèles Audi partagent une ergonomie soignée, on se sent vite chez soi dans n’importe quel modèle. Je découvre alors que mon SQ5 d’essai est équipé du moderne Audi Connect, et je perds un temps fou à jouer avec, explorant toutes ses fonctionnalités.

Pour un technophile comme moi, Audi Connect est une mine d’or : on synchronise son smartphone et la voiture prend le relais : appels, SMS, mails, Facebook, informations, météo, infos trafic … plus besoin d’utiliser son téléphone en route, le système MMI possède tout ce qu’il faut. Audi connect permet même l’accès à Google Earth et Street View. J’ai oublié de vous le filmer mais c’est stupéfiant, on lance la navigation et si on se perd à un carrefour, on peut avoir la photo de ce carrefour avec les flèches de navigation ! On joue avec la molette pour tourner virtuellement la tête, pratique.

IMG_6753 IMG_6674 IMG_6672

Mais assez joué avec les innombrables équipements de ce SQ5, il est temps de passer la marche arrière pour sortir de ma place (et découvrir la camera de recul avec les lignes d’aide au stationnement) pour enfin faire mes premiers tours de roue. Audi Drive Select sur « Confort » je fais mes premiers kilomètres en ville. Le confort est bien là, le V6 biTDI travaille efficacement et la boîte tiptronic 8 rapports est souple. Les 4,60m de ce SUV s’appréhendent bien, surtout qu’une fois à l’intérieur il ne paraît plus aussi grand. Au pire les capteurs de stationnement sont là pour éviter les drames.

Je pousse le son du Bang&Olufsen assez haut, on entre dans une atmosphère personnelle. Ce SQ5 a la faculté de vous couper du monde extérieur en profitant d’un son bluffant. La discrétion du moteur aidant largement ce confort auditif. Seulement je ne dois pas oublier pour autant mon agenda du jour : passer chercher mes courses, récupérer ma compagne et profiter de la sportivité du SQ5, sans oublier la séance photos.

Pour les aspects pratiques, je comprends désormais l’engouement pour les SUV. Un coffre grand et très logeable, des places arrières confortables et pouvant accueillir 2 adultes, et quelques détails qui font la différence : malle arrière électrique ou encore sièges arrières rabattables depuis le coffre, voici une petite démonstration :

Il va sans dire que mes courses de la semaine tiennent largement dans ce grand coffre de 540L (et pouvant s’agrandir jusqu’à 1500 L). Je continue ma ballade en ville jusqu’à enfin avoir l’occasion d’en sortir, place à la voie rapide. Toujours sur confort l’atmosphère qui règne à l’intérieur de ce SQ5 est toujours calme, même si la sonorité du V6 biTDI n’est pas flatteuse à haut-régime lors des accélérations, un sifflement (celui des turbos j’imagine) se fait sentir au delà des 3000 tours/min. Heureusement cela n’est que temporaire puisqu’à vitesse stabilisée, le moteur ronronne à bas régime, profitant du couple camionnesque offert par cette mécanique particulière.

Justement, revenons sur ce moteur si spécial : 6 cylindres diesel et 2 turbos, pour un total de 326 chevaux. Je n’ai pas fait le calcul moi même mais Audi annonce un 0 à 100 km/h réalisé en 5,1 secondes, et je les crois largement. Mais lors d’accélérations franches, il faut accepter deux choses : 1) un temps de réponse a anticiper à cause du poids approchant les 2 tonnes et 2) des sensations gommées par le confort omniprésent de ce SUV.

IMG_6785 IMG_6783

IMG_6775

Ne venez pas croire que ce SQ5 n’a pas de pêche, bien au contraire, je peux vous dire qu’on accélère très fort, mais cette accélération ne renvoie pas beaucoup de sensations, on voit le compteur grimper vitesse grand V, sans ressentir les effets de cette prise de vitesse. Le SUV SQ5 possède une vraie philosophie GT : puissant, rapide mais sans brusquer. Il est alors temps pour moi de vérifier un dernier point : le comportement.

En ville et sur voie rapide, rien à dire. Ce SQ5 est sécurisant, confortable et les voyages au long cours ne poseront jamais problème. Je quitte alors les grandes nationales pour partir sur les départementales sinueuses, sans oublier de passer l’Audi Drive Select sur « Dynamic ». 1er effet : sonore. J’avais presque oublié un élément important qui fait partie des équipements du SUV sportif SQ5 : l’échappement actif, jugez plutôt :

Dans la première partie de la vidéo, le SQ5 est en mode confort, l’échappement renvoie donc le son naturel du V6 biTDI. Dans la seconde partie, le SQ5 est en mode dynamic. Comme vous avez pu le constater le son change et devient plus grave, on se rapproche du son d’un V8 et cela surprend.

Alors mes petites départementales ? Mode dynamic, le son bien plus présent, je sens une direction plus accrocheuse, je passe en manuel, bref, je me met dans l’ambiance. J’enchaîne les virages, OK l’accélération est bien là si tant est qu’on l’anticipe un peu, la direction est précise mais la hauteur de ce SQ5 le pénalise rapidement, le sous virage guète et le quattro répond instantanément : les trajectoires sont précises mais le centre de gravité haut placé ne permet pas des enchaînements rapides, nous sommes dans un SUV, et une fois de plus l’esprit GT prend le dessus.

En mode dynamic sur des routes sinueuses, le SQ5 est rassurant, rapide mais pas trop, il reste sur son savoir-faire : le confort. Il freine les ardeurs et offre toutes ses lettres de noblesse en roulant décontracté : je  suis rapide, j’enchaîne bien, mais je n’attaque pas. D’autant que le couple monstrueux de ce V6 biTDI encourage à rouler sous les 2500 tours, en laissant travailler la boîte.

essai_100 essai_101

Pour ce qui est du son, l’échappement actif permet de gommer quelques imperfections des moteurs TDI, le son est rauque et lors des décélérations un crépitement très grave se fait entendre. Cependant on comprend rapidement que ce son reste artificiel, l’effet est très sympa, mais sur la durée c’est encore le confort qui doit être privilégié. C’est lorsqu’on laisse faire ce beau SQ5 que l’expérience est la meilleure.

Alors que penser de ce modèle ? D’abord quelques idées reçues bousculées : un SUV sait accueillir ses passagers avec classe et dans un confort grandiose. La tenue de route est également exemplaire avec un coté rassurant dû au quattro et au comportement qui n’encourage pas l’attaque. La praticité est un point à souligner avec de l’espace, un grand coffre. Enfin ce coté « S » du SQ5 : un look réussi, un moteur puissant malgré des sensations gommées, un échappement actif à utiliser avec parcimonie et un couple camionnesque agréable. Ce modèle atypique possède un autre élément clef : sa concurrence inexistante. Son moteur exclusif le rend unique, et c’est une vraie force pour moi.

Certes les SUV ne sont pas mes modèles préférés, mais je comprends mieux désormais pourquoi ça fonctionne. Ce SQ5 est réussi et répond parfaitement à la philosophie d’Audi avec ce raffinement et cette technologie omniprésente.

IMG_6692

Pour conclure, je tiens à remercier chaleureusement la concession Audi Sport Concept d’Aubière pour le prêt de ce SQ5. Je remercie plus particulièrement Jérome et Marjorie pour leur confiance et leur disponibilité, je remercie enfin Elodie pour m’avoir aidé à photographier ce beau modèle. Sachez enfin que si vous êtes tombés sous le charme de ce SQ5 TDI argent fleuret, il est actuellement disponible chez Audi Sport Concept, c’est un véhicule de direction qui attend sagement son futur propriétaire. Vous aurez toutes les coordonnées en cliquant sur le logo présent à droite du blog.

19 Juil 2016
Stephane

Retour sur l’expérience 24H du Mans 2016

Bonjour à tous. Il y a très exactement un mois j’étais encore au cœur des 24H du Mans, profitant de cette ambiance si particulière autour cette couse légendaire. C’était pour moi la première fois au Mans pour la course. J’ai déjà eu l’occasion d’aller ressentir ce qu’est le Mans, mais uniquement lors des essais.

24lm2016_19

C’est grâce à Michelin et à mon travail que j’ai eu l’occasion de découvrir le Mans, version longue. Pour faire les choses en grand je suis même arrivé le mercredi soir, 4 grandes journées sur place afin de m’intégrer parfaitement. Comme chaque fois, rien que l’arrivée fait rêver : des parkings plein de superbes autos, des fans partout et chaque marque automobile qui sort le grand jeu pour attirer les passants.

Avant même d’arriver au village, première claque pour moi, l’Audi Arena : une structure immense faite pour les fans et les VIP de la marque aux anneaux. Le bâtiment est superbe et devant lui trônent les dernier modèles d’Ingolstadt, avec un parking rempli d’un coupé que j’affectionne particulièrement : le puissant TT RS.

24lm2016_01 24lm2016_03

Un bonne demi-douzaine de coupés avec leur moteur 5 cylindres TFSI de 400 chevaux, du gris du rouge et l’occasion pour moi de le voir en vrai pour la première fois. Comme je l’imaginais, il est superbe. Un style affirmé, de l’aluminium, une calandre noir laqué en nid d’abeille et une sportivité affirmée. D’ailleurs durant ma séance photos, l’un d’entre eux est parti, je peux vous dire que le son du mythique 5 cylindres est toujours aussi mélodieux.

24lm2016_11 24lm2016_09

En face du coupé sportif, d’autres modèles de la marque : un imposant SQ7 TDI, un autre TT RS mais surtout une autre surprise : le nouveau SUV compact Q2 ! Là encore c’était la première fois que j’avais l’occasion de voir ce modèle en chair et en os. Dans un jaune orangé bien voyant ce nouveau Q2 est surprenant. En effet ses lignes ne sont pas habituelles chez Audi, il est carré, masculin et effectivement compact. La calandre avant est elle aussi spécifique, il est clair qu’on devra s’y habituer et que d’autres modèles de la marque reprendront ces lignes.

24lm2016_05 24lm2016_04

Ce fut ensuite l’occasion pour moi de me rapprocher du village des 24H du Mans, un nombre de boutiques impressionnant, un vrai danger pour tout fan d’automobile. Chaque marque possède sa boutique et tous les fans arborent leur achats, l’ambiance est excellente malgré une météo difficile.

A coté de la boutique Audi, une R8 LMS trône fièrement, mais elle a quelque chose de spécial. Pour affirmer la cousinade entre la version de série et la version de piste, cette R8 LMS est à moitié pistarde et à moitié routière, l’effet est réussi et c’est l’occasion pour la firme d’Ingolstadt de montrer son savoir-faire.

24lm2016_13 24lm2016_17

Les jours se sont ensuite succédés, j’ai eu l’occasion de croiser Tom Kristensen et Keanu Reeves, invités chez Michelin. Lors du week-end de course après quelques coups de fils et une nuit sans dormir (parce que dormir c’est tricher), j’ai pu entrer au sein de l’endroit qui me faisait tellement rêver : l’Audi Arena.

Comme toujours, Audi a fait les choses en grand, et en beau ! A peine entré j’aperçois une R18 e-tron quattro sur un podium, ensuite un écran GÉANT, avec les timings, des caméras embarquées et le live de la course, avec des gradins arborés de gros coussins rouges. Tout est aux couleurs d’Audi et au rez-de-chaussée un bar permet de se désaltérer, avant de passer chez le barbier (oui oui, il y avait un barbier !).

24lm2016_14

Les moteurs TDI ayant gagné le Mans trônent également fièrement au sein de l’Audi Arena comme pour rappeler ce savoir-faire unique. Je monte alors à l’étage pour découvrir les buffets. Il y en a pour tous les goûts, je n’ai pas pu m’empêcher de découvrir le burger revisité et badgé « quattro », excellent. Ce fut également l’occasion pour moi de recroiser des amis, Jean-Marc et Miguel d’Audi-Addict, les compères du Garage des Blogs et Sabrina et Florian de chez Audi que je remercie chaleureusement pour l’invitation.

Mais le temps presse et l’horloge approche rapidement des 15H, avec tout le suspense que l’on connaît au Mans. Je me dirige alors vers les loges pour voir l’arrivée dans les meilleures conditions, vous connaissez la suite : retournement de situation inattendu à 3 minutes de la fin et Porsche qui passe en 1er la ligne d’arrivée devant Toyota et Audi.

24lm2016_20

J’ai pu croiser le prototype R18 e-tron quattro #8 qui termine à la troisième place du podium lors de mon retour chez Michelin. Un bolide impressionnant et qui a vécu 24H difficiles.

Cette expérience de 4 jours au Mans va rester gravée dans ma mémoire pour longtemps, cette course est vraiment particulière et je comprends désormais pourquoi. Il y a des passionnés partout et tout le monde s’unit autour de ces 24H palpitantes. Pour finir je tiens à remercier Vincent qui m’a accompagné durant le week-end et Laurent qui a supporté mon enthousiasme débordant. Enfin une fois de plus un merci tout particulier à Florian et Sabrina pour m’avoir fait découvrir l’Audi Arena, mon temple !

15 Juil 2016
Stephane

La belle A5 dans la région de Porto

Bonjour à tous. Beaucoup d’entre nous ont envie de découvrir le nouveau coupé A5. Il faut dire que depuis son annonce, rares sont les personnes qui ont eu la chance de le voir en vrai. Pour les plus patients la nouvelle gamme A5 sera une des stars du Mondial de l’automobile de Paris dans un peu plus de 2 mois.

Audi A5 Coupé

Il faut dire qu’Audi a réussi un coup de maître : rendre encore plus désirable un coupé déjà réussi. Cette seconde génération d’A5 est pour moi celle de l’affirmation avec des lignes plus marquées, plus tendues. Des effets de style nouveaux avec cette ligne latérale qui parcourt tout le coupé et qui se dote de 2 vagues. Des feux plus tranchés, une calandre plus fine et plus sportive et une technologie encore plus présente et qui souligne le savoir-faire d’Audi.

Dans l’habitacle on peut être déçu du manque de surprise. C’est effectivement une copie presque conforme de celui de la berline A4, mais pourquoi bousculer quelque chose d’excellent ? J’apprécie particulièrement le cockpit virtuel qui place le coupé dans la bonne décennie et qui permet d’adapter son tableau de bord à son envie.

Audi A5 Coupé Audi A5 Coupé

Pour celles et ceux qui veulent découvrir ou redécouvrir le coupé, la marque aux anneaux a réalisé une vidéo aux environs de Porto. C’est finalement bien tombé, après la victoire de nos amis portugais pour le championnat d’Europe de football, quoi de mieux que d’admirer ces superbes paysages du nord ouest du Portugal ?

Je trouve que cette nouvelle A5 a gagné en dynamisme et cela lui va bien. Il restera à découvrir les premiers essai pour voir si ce dynamisme extérieur se retranscrit au volant, j’espère avoir la chance de m’y frotter personnellement !

Audi A5 Coupé

Via Youtube

Pages :1234567...302»

Bienvenue !

L'univers Audi dans les yeux d'un passionné, un émerveillement toujours présent, des anneaux plein les yeux.

Vous pourrez trouver l'actualité, des essais, des vidéos et d'autres informations autour de la marque aux anneaux.

En savoir plus sur le site

Partenaires

Audi Shop - Boutique officielle des produits dérivés Audi

Concession Audi Sport Concept à Aubière

Photos

Sur BonjourAudi aujourd’hui :

  • photo from Tumblr

    Audi TT RS

Les anneaux ailleurs

Audi MotorSport Blog

Forums Audipassion
AudiWorld
Fourtitude
Forums Audi Addicted

Ils bloguent aussi, et je les adore !

Klakinoumi - Mon mentor
LeMansLive - Toute l'actualité de l'endurance auto en live et en continu
Korben - LA référence
Gonzague - "L'autre" blog geek

Propriete intellectuelle

Toute copie d'article complète ou partielle est interdite sans l'autorisation de l'auteur.

Catégories